Lorsqu’on a commencé à rédiger nos articles en français et en anglais sur nos sites web, on s’est vite retrouvé confronté à un souci:

Nos sites web sont TRES lents depuis des pays qui se trouvent loin de l’Europe (Australie, États-Unis, Asie…)

C’est assez facile à comprendre. Comme les serveurs de nos sites se situent en France, le contenu doit effectuer beaucoup plus de chemin si le visiteur se trouve dans un pays très éloigné. Lorsqu’on écrivait seulement en français, ce problème était moins important étant donné que le 90% de notre trafic venait de France, Suisse, Belgique. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, plus de la moitié des visiteurs de ce site sont anglophones (une proportion qui est aussi en train d’augmenter sur notre blog voyage)

La seule solution à ce problème est de mettre en place un CDN (content delivery network) ou réseau de diffusion de contenu en français… Et Cloudflare est justement un des plus gros CDN disponible à l’heure actuelle.

Mais qu’est-ce qu’un CDN au juste?

Comme je l’avais déjà expliqué dans mon guide pour optimiser la vitesse d’un site WordPress, un CDN est un réseau de serveurs situés un peu partout dans le monde. L’idée est assez simple: votre site est copié sur tous les serveurs du réseau et lorsqu’un internaute navigue sur votre site, il reçoit le contenu du site depuis le serveur le plus proche.

Imaginez que vous vous trouvez en Australie et que vous cherchez une info sur notre blog de voyage. Comme son serveur est situé en France, chaque requête http va prendre beaucoup plus de temps car elle va devoir traverser l’océan jusqu’en France pour revenir en Australie 😉 . Si vous avez une copie de votre site sur un serveur en Australie, les requêtes seront évidemment beaucoup plus rapides!

temps de chargement sans CDN
On voit bien dans cette image que plus on s’éloigne de la France et plus le temps de chargement du site augmente. Vous pouvez aller faire ce test sur ce site

Bon ça paraît simple dit comme ça mais quand on va rentrer un peu plus dans le détail, vous verrez que ce n’est pas si trivial que ça à mettre en place (mais pas de soucis, je suis justement là pour vous montrer comment faire).

Ai-je besoin d’un CDN pour mon site WordPress?

C’est probablement la 1ère question à laquelle vous voudrez répondre 😉 . Vous devriez considérer l’installation d’un CDN si vous répondez oui à une ou plusieurs de ces questions:

  • Avez vous un lectorat international? Si une partie non négligeable de vos lecteurs (plus de 20%) se connecte à votre site depuis l’autre bout du monde, il serait peut-être judicieux de mettre en place un CDN.
  • Est-ce que vous avez l’impression que votre forfait d’hébergement n’est pas suffisent pour votre trafic? Si oui, un CDN peut réduire considérablement la bande passante (le volume de fichiers transférés) sur votre serveur d’origine en transférant une grande partie des fichiers de votre site depuis les serveurs du réseau de diffusion.
  • Est-ce que vous avez été victime d’attaques du type DDoS? Ce genre d’attaque consiste à envoyer beaucoup de trafic simultanément sur le serveur de votre site pour le mettre hors d’usage. Grace à un CDN, vous avez tout un réseau de serveurs à votre disposition et il sera beaucoup plus difficile de le mettre hors d’usage.

Ça fait déjà pas mal de bonnes raisons de mettre en place un CDN non? Mais comme vous allez le constater ci-dessous, Cloudflare n’est pas un CDN traditionnel et il vous permettra de faire encore pas mal de choses supplémentaires. Mais pour bien comprendre comment tout ça fonctionne, voyons ensemble ce qui différencie Cloudflare de CDNs plus traditionnels

Les différences entre Cloudflare et un CDN traditionnel

Cloudflare et tous les autres CDN partagent le même but: rendre votre site internet plus rapide partout dans le monde. Mais même si la finalité est la même, le fonctionnement de Cloudflare est assez différent de la plupart des autres CDNs.

Cloudflare: “reverse proxy”, noms de domaines et bien plus encore

Cloudflare est ce qu’on appelle un “reverse proxy” ou proxy inversé 😉 … et mon petit doigt me dit que vous n’avez peut-être aucune idée de ce que signifie ces termes barbares (on va essayer de faire simple).  En fait, pour utiliser Cloudflare, vous allez devoir pointer votre nom de domaine vers Cloudflare. De ce fait, Cloudflare va intercepter toutes les requêtes de vos visiteurs avant même qu’elles n’arrivent à votre serveur d’origine pour ensuite en faire le meilleur usage (par exemple obtenir les informations du serveur le plus proche). C’est aussi pour ça que quand vous utilisez Cloudflare, tout votre contenu continue d’être chargé depuis votresite.com alors qu’avec un CDN traditionnel, votre contenu sera desservi d’une nouvelle url comme cdn.votresite.com .

cloudflare reverse proxy
Crédit image Cloudflare

Cette façon de fonctionner donne beaucoup de contrôle à Cloudflare sur votre site web ce qui leur permet de faire plus que “juste” délivrer votre contenu depuis le serveur le plus proche:

  • Cloudflare est le 2ème plus gros fournisseur de nom de domaine après GoDaddy mais est surtout le DNS le plus rapide. Pourtant on parle très peu de Cloudflare et jusqu’il y a peu je ne savais pas qu’ils permettaient d’acheter des noms de domaine. Du coup je pense que je vais probablement transférer petit à petit mes noms de domaine chez eux vu qu’ils ne facturent aucune charges supplémentaires (comme GoDaddy par exemple)
  • Cloudflare sécurise votre site web en cas d’attaques de type DDoS ou autres
  • Si vous vous êtes déjà amusé à configurer un serveur web comme moi (apache, nginx ou autres), vous savez que ça peut vite devenir compliqué. Grace à sa configuration en “reverse proxy”, Cloudflare permet de définir des règles de pages facilement depuis son interface sans toucher au fichier de configuration de votre serveur (mais on en reparle plus bas)
  • Si vous n’êtes toujours pas passé à HTTPS, grâce à sa configuration Cloudflare vous permet d’activer HTTPS en 1 click avec des certificats SSL gratuits
  • Cloudflare a le plus grand réseau de serveurs avec plus de 200 emplacements dans la monde. C’est à ma connaissance le seul fournisseur qui propose son CDN gratuitement. D’ailleurs pratiquement 13% de tous les sites web utilisent Cloudflare pour améliorer leurs performances!
  • Cloudflare tout comme les CDNs traditionnels permet aussi d’optimiser les performances de votre site web en compressant vos fichiers (gzip, brotli…), minification automatique de vos fichiers css/js, activer HTTP2, TLS 1.3 etc…
réseau CDN Cloudflare
Le réseau de serveurs du CDN Cloudflare. Imaginez que vous avez une copie de votre site sur chacun de ces serveurs (crédit image à Clouflare)

Les CDNs plus traditionnels

Avec un CDN plus traditionnel, vous n’aurez pas besoin de pointer votre nom de domaine vers le CDN. Mais comme ces CDNs ne contrôlent pas votre nom de domaine, ils ne peuvent pas automatiquement servir votre contenu depuis le serveur le plus proches. C’est pour cette raison qu’en utilisant un CDN traditionnel, vous devrez faire en sorte que les urls de vos fichiers (images, css, js etc..) soient réécrites de votresite.com à cdn.votresite.com par exemple. En général, la plupart des plugins de cache (w3 total cache, wp rocket…) permettent de faire ça facilement en entrant l’url de votre CDN dans les paramètres.

Les CDNs traditionnels vont ensuite automatiquement télécharger (ou “pull” en anglais) le contenu de votre site et le répartir sur leur réseau de serveurs. Ainsi, à chaque fois qu’un visiteurs va faire une requête qui contient l’url cdn.votresite.com, le fichier lui sera délivré depuis le serveur le plus proche. Quelques exemples de CDNs traditionnels:

  • Amazon Cloudfront
  • Key CDN
  • StackPath
  • Bunny CDN
  • Jetpack (vous avez peut-être remarqué que si vous avez activé l’option CDN images de Jetpack, les urls de toutes vos images sont différentes)

Comment mettre en place Cloudflare sur votre site WordPress

Bon je dois vous avouer que quand j’ai décidé de mettre en place un CDN sur ce site, je m’attendais à devoir payer pour ce service (on paye d’ailleurs déjà pour pas mal d’outils comme la recherche de mots clés, les e-mails, l’optimisation des images, sauvegardes, un bon hébergement etc…). Mais bon, après pas mal de recherches sur le net, il en est ressorti que Cloudflare était un outil plutôt facile à mettre en place et surtout gratuit pour la majeure partie de ses utilisateurs (il y a des options payantes mais pour un site wordpress, la version gratuite est en général suffisante). Et franchement, je n’y croyais pas trop avant de l’avoir mis en place moi-même! Voyons donc ensemble comment installer Cloudflare sur votre site WordPress.

S’inscrire à Cloudflare et pointer votre nom de domaine vers Cloudflare

J’avoue que cette étape me faisait un peu flipper (mes paramètres de nom de domaine sont un peu compliqués)… mais à tort. Voici les étapes à suivre pour activer Cloudflare manuellement:

Remarque: Certains hébergeurs populaires comme Siteground vous permettent d’activer Cloudflare plus facilement depuis votre cpanel. Mais si vous n’avez pas cette option, vous devrez procéder comme indiqué ci-dessous.

  1. Créez un compte Cloudflare
  2. Ajoutez votre nom de domaine et laissez Cloudflare scanner vos DNS records (choisissez la formule gratuite)
    nom de domaine cloudflare
  3. Vérifiez que tous vos records (A, MX, TXT, NS…) sont bien présents et vérifiez qu’il y a un petit nuage orange à côté de votre nom de domaine et tous les sous domaine que vous voulez mettre en cache sur le CDN Cloudflare (pour moi c’est novo-media.ch et son sous domaine en www.novo-media.ch).
    le scan DNS de Cloudflare
  4. Connectez vous à votre hébergeur de nom de domaine et pointez votre nom de domaine vers le serveur de Cloudflare (si vous avez acheté votre nom de domaine chez Cloudflare, cette étape est inutile)
    nameserver cloudflare
  5. Attendez jusqu’à 24h que le changement se propage (en ce qui me concerne la propagation a pris 1-2 heures). Vous recevrez un e-mail de Cloudflare vous confirmant que votre site est actif
    Mail de confirmation que Cloudflare est actif

Configurer le CDN Cloudflare pour WordPress

Même si Cloudflare est très facile d’utilisation, c’est maintenant que ça se complique un petit peu. Le problème c’est que les paramètres Cloudflare peuvent être différents si vous utilisez ou non un plugin de cache comme w3 total cache, wp rocket…, si vous utilisez un plugin pour optimiser vos fichiers css/js comme autoptimize, fast velocity minify et j’en passe. Mais bon, je vais essayer de vous indiquer quel paramètre pourrait changer si vous utilisez le genre de plugin que je viens de mentionner.

Le menu SSL / TLS

Dans le menu SSL/TLS sous “overview” vous pouvez choisir entre Off, Flexible, Full ou Full (strict). Ici il y’a plusieurs cas de figure:

  • Off: vous ne devriez plus avoir un site sans HTTPS donc à éviter
  • Si vous n’avez pas encore HTTPS sur votre site (donc que vous n’avez pas de certificat SSL), vous devrez choisir l’option Flexible (même si je vous recommande d’avoir HTTPS activé avant de mettre Cloudflare en place). Si en activant cette option vous avez un problème indiquant “too many redirects”, ce plugin wordpress devrait régler votre problème.
  • Si votre site est déjà sous HTTPS, vous devriez pouvoir choisir l’option Full (strict).

Sous le menu “Edge Certificates” il y a aussi différentes options à configurer:

  • Always Use HTTPS: vous pouvez mettre cette option sur On
  • HTTP Strict Transport Security (HSTS): Si vous êtes certain de ce que vous faites, vous pouvez activer cette option. Sinon passez simplement à l’option suivante
  • Minimum TLS Version: Vous pouvez laisser l’option par défaut qui est TLS 1.0
  • Opportunistic Encryption: laissez sur off si vous avez HTTPS activé sur votre site web (ce qui devrait être le cas)
  • TLS 1.3: vous pouvez mettre cette option sur On
  • Automatic HTTPS Rewrites: si vous avez des problèmes de “Mixed content”, vous pouvez mettre cette option sur on

Le menu Speed

Sous le menu “Optimization”, vous pouvez configurer les options suivantes:

  • Auto Minify: Si vous utilisez déjà un plugin de cache qui s’occupe de la minifications des fichiers js, css et html, vous n’avez pas besoin d’activer ces options. Si vous n’utilisez pas de plugin pour ça, vous pouvez essayer d’utiliser Cloudflare pour minifier vos fichiers et voir le résultat. Personnellement je préfère utiliser d’autres plugins avec plus d’options comme Autoptimize ou fast velocity minify pour cette tache.
  • Brotli: Vous pouvez mettre cette option sur On. La compression Brotli est plus efficace et rapide que Gzip
  • Rocket Loader: Cette option est censée améliorer la vitesse de chargement en chargeant les javascripts de manière asynchrone. Essayez de la mettre sur On et si vous ne remarquez aucun erreur dans la console de votre navigateur, vous pouvez garder cette option enclenchée.

Le menu Caching

Sous le menu “Caching”, il y a plusieurs options qui vous seront utiles:

  • Purge Cache: Vous permet de vider le cache du CDN pour tout votre site ou seulement certaines urls. Cette option est très utile notamment si vous avez effectué des modifications sur votre site et que vous voulez qu’elle se reflète en live sur votre site partout dans le monde (mais je vais reparler de ça plus bas)
  • Caching Level: choisissez l’option “Standard”
  • Browser Cache TTL: Si vous utilisez un plugin de cache comme Wp rocket ou W3 total cache pour configurer le cache du navigateur, choisissez l’option “Respect Existing Headers” (si vous ne savez pas ce qu’est le cache du navigateur, j’explique ça par ici). Il vaut mieux utiliser un plugin pour paramétrer le cache du navigateur afin de pouvoir choisir une valeur différente en fonction du type de fichier (pour les images, les js, css vous pouvez facilement choisir une longue durée comme 1 an mais pour le html des pages qui peut changer plus souvent, il vaut mieux choisir une durée courte de 1h à 1 jour). Mais si vous n’avez pas de plugin vous pouvez fixer une seule valeur ici.
  • Always Online: Si votre serveur d’origine crash pour une raison ou une autre, avec cette option sur On votre site sera toujours visible à partir du cache du CDN
  • Development Mode: Si vous travaillez sur votre site et que vous faites des modifications, activez cette option pour contourner le cache et voire toutes vos modifications directement. Evidemment, en activant cette option vous le cache du CDN ne sera plus actif et votre site sera plus lent partout dans le monde.

Comment vérifier si le cache Cloudflare fonctionne?

Avant d’aller plus loin et de vous parler des “Page Rules” de Cloudflare, je vais d’abord vous expliquer comment vous pouvez vérifier si votre site est bien desservi par le CDN Cloudflare. Alors il y a plusieurs façon de faire et vous pouvez utiliser par exemple utiliser ces outils de test de vitesse (vous pouvez voir les cascades de téléchargement), mais la façon la plus simple de procéder est encore  d’utiliser votre navigateur.

Cliquez droit sur un onglet ouvert de votre site, choisissez “inspecter” puis cliquez sur l’onglet réseau (ou network en anglais). Rechargez ensuite votre page pour voir la cascade de téléchargement et tous les fichiers qui sont requis par votre page.

réseau dans le navigateur

Si vous cliquez sur un des fichiers requis par votre page (une image, un css ou js) et que vous avez bien mis en place Cloudflare avec les paramètres que je vous ai présenté jusqu’à maintenant, sous l’onglet “headers”, vous devriez notamment voir une ligne avec “cf-cache-status”.

le header cf cache status

Ce header indique l’état du cache Cloudflare pour ce fichier et peut avoir les valeurs suivantes:

  • HIT: Cette ressource a été délivrée depuis le serveur le plus proche par le CDN Cloudflare
  • MISS: Cloudflare a cherché cette ressources dans son cache mais ne l’a pas trouvée et a donc du la prendre depuis le serveur d’origine. Mais la prochaines fois cette requête devrait être un HIT
  • EXPIRED: Cloudflare avait déjà mis en cache ce fichier mais le cache a expiré et a donc du le télécharger depuis le serveur d’origine
  • DYNAMIC: Cette requête n’est pas mise en cache par défaut car rien n’a été configuré pour la mettre en cache

Normalement si vous avez chargé cette page plus d’une fois (et donc que Cloudflare a déjà mis en cache ces fichiers), toutes vos images, fichiers js/css devraient avoir le header HIT indiquant que ces ressources ont été desservies depuis le serveur Cloudflare le plus proche. Vous remarquerez aussi que le header “content-encoding” a la valeur de “br” pour la compression Brotli qu’on a aussi configuré plus tôt. C’est déjà plutôt balèze pour un service gratuit non? Et ça devrait déjà considérablement augmenter la vitesse de chargement de votre site partout dans le monde.

Mettre en cache la 1ère requête HTML de vos pages

Faisons maintenant un petit test avec par exemple l’outil de test GT Metrix en effectuant l’analyse depuis un serveur en Australie (vous pouvez choisir l’emplacement du serveur dans les options d’analyse). Analysez ainsi une page de votre site une première fois, puis une seconde fois pour être certain que Cloudflare a bien mis en cache vos fichiers sur ses serveurs australiens. Si vous allez sous l’onglet “Waterfall” (cascade de téléchargement), vous devriez voir qqch comme ça:

cascade de chargement Australie sans cache html

Vous remarquerez certainement que le chargement de vos fichiers est super rapide mais que la 1ère requête qui renvoie le HTML de votre page est super lente, en l’occurrence 1,7s (j’explique en détail le processus d’une requête HTTP par ici). C’est tout simplement parce que le HTML de vos pages n’est pas encore mis en cache sur les serveurs de Cloudflare. Donc, lorsqu’un internaute visite une page du site, la 1ère requête va dans ce cas faire le voyage jusqu’en France pour récupérer le HTML de votre page et revenir en Australie… pas vraiment top non?

D’ailleurs si vous cliquez sur cette première requête, vous verrez que le header “cf-cache-status” est indiqué DYNAMIQUE

le statut du cache cloudflare est dynamique pour cette requête

le menu Page Rules qui fait toute la différence!

Pour réussir à mettre en cache le HTML de vos pages, on va devoir configurer le dernier menu Cloudflare qu’on va regarder aujourd’hui: les “Page Rules”. Ces règles de page vous permette de contrôler le comportement de Cloudflare sur seulement certaines pages de votre site en définissant certaines règles

Avec le compte gratuit de Cloudflare, vous avez le droit de mettre en place 3 règle de page. Voyons ensemble comment tirer le maximum de ces 3 règles pour accélérer au maximum votre site WordPress. Voici les 3 règles que vous devez définir:

les 3 règles de pages Cloudflare pour WordPress

Remarque: L’ordre de ces règles de page est important car une seule de ces règles va se déclencher par page. Le signe * permet de cibler plusieurs urls avec une seule règle.

Décortiquons ensemble chacune de ces règles:

La 1ère va indiquer à Cloudflare de ne pas mettre en cache tout l’admin de votre site (Remarque importante!!! Dans votre cas, il est probable que vous n’ayez pas le “/wp/” dans l’url. C’est qqch qui est propre à mon installation):

admin wp cloudflare page rule

Le plus important ci-dessus étant d’avoir définit le “Cache Level” à “Bypass” pour faire en sorte que vos pages d’admin ne soient jamais mises en cache par Cloudflare.

La 2ème règle de page va indiquer à Cloudflare de ne pas mettre en cache tous les aperçus de vos articles lorsque vous êtes en train de les écrire. Pour créer cette règles, il vous suffit d’utiliser les même paramètres que pour la première mais en visant les urls structurées comme suit: novo-media.ch/*preview=true*

Enfin, la dernière règle, la plus importante, va indiquer à Cloudflare de mettre en cache toutes vos pages (html, css, js, images) pour une durée d’un mois, qui se trouve être la durée maximale proposée par Cloudflare.

cloudflare regle de page pour tout mettre en cache

Une fois que vous aurez mis en places ces 3 règles, si vous retestez la même page avec gtmetrix, la vitesse de votre 1 requête devrait être beaucoup plus rapide qu’avant (et si vous cliquez sur la 1ère requête, vous verrez que la statuts du cache Cloudflare sera HIT) et votre site devrait maintenant avoir une vitesse de chargement similaire un peu partout dans le monde… et tout ça toujours gratuitement!!!

html cache cloudflare speed test australie

On pourrait aussi refaire le test de la 1ère image de l’article depuis plusieurs endroits dans le monde, et on voit que le site est beaucoup plus rapide qu’avant partout dans le monde!

vitesse après avoir mis en place le cache Cloudflare
On voit que le site est beaucoup plus rapide partout dans le monde, surtout après la 2ème visite lorsque tout le contenu a été mis en cache

Les problèmes qui pourraient arriver et comment les régler

Alors ça serait évidemment trop beau si tout pouvait fonctionner parfaitement comme ça sans aucun souci. Pourtant il y a quelques points auxquels vous allez devoir faire attention:

La navigation admin de votre site

Lorsque vous naviguez sur votre site WordPress et que vous êtes connecté à l’administration, il y a en général un menu de navigation de l’administration qui apparaît au sommet de la page. Le problème est que si vous laissez activé ce menu d’administration, il pourrait être mis en cache par Cloudflare et se retrouver visible pour vos visiteurs (même si ils n’auraient pas accès à votre admin, pas d’inquiétude). Il y a plusieurs façon de régler ce problème:

  • Vous pouvez simplement désactiver la toolbar dans votre page utilisateur de l’administration WordPress (enlevez la coche ci-dessous)
    désactiver le menu admin wp
  • Il semblerait que ce plugin règle complètement ce problème mais je n’ai pas encore eu le temps de le tester en détail (je vous ferai un retour par ici dès que ça sera fait)

Mises à jour d’articles, modifications et nouveaux commentaires

Si vous mettez à jour un article, que vous approuvez des commentaires sur votre site ou que vous faites des changements sur votre site, ces modifications ne seront pas visibles par vos lecteurs à moins que vous ne vidiez le cache des page en question de Cloudflare (à moins que vous n’attendiez le temps définit dans le paramètre “Edge Cache TTL”). Pour ce faire il y a aussi plusieurs solutions:

  • Vous pouvez vider manuellement le cache d’une, plusieurs ou toutes les pages de votre site depuis le menu admin de Cloudflare.
    vider le cache cloudflare
  • Le plugin dont je vous parlais avant règle théoriquement ce problème en vidant le cache Cloudflare des pages appropriées lorsque vous approuvez un commentaire ou que vous mettez à jour un article. Mais comme je vous le disais, je dois encore tester ce plugin plus en détails.
  • Le plugin W3 total cache a une extension Cloudflare qui permet de vider le cache du CDN directement depuis l’administration WordPress de votre site. D’après mes tests, le cache d’un article est vidé automatiquement lorsque l’article est modifié ou qu’un commentaire est approuvé sur cet article. C’est ce que j’utilise pour le moment (mais il me faudrait probablement un autre article pour expliquer la mise en place de W3 Total Cache avec Cloudflare).

 

Voilà je crois que je vous ai expliqué tout ce que vous devez savoir pour mettre en place le CDN Cloudflare gratuitement sous WordPress. Je sais que tout ça n’est pas forcément évident pour tout le monde mais croyez moi, les gains en vitesse de chargement sont spectaculaires et ça en vaut vraiment la peine. A l’heure ou j’écris ces lignes, je n’ai installé Cloudflare que sur novo-media mais je m’apprête à faire la même chose sur notre blog de voyage.

En tout cas si vous avez des questions ou suggestions, n’hésitez pas à les laissez en commentaire ci-dessous.

 

Liens utiles

J’ai trouvé beaucoup de très bonnes informations sur le site en anglais et le groupe facebook associé WP Speed Matters.

Epingler cet article

Benoit Luisier

Développeur Web autodidacte et passionné de voyage, je partage avec vous sur Novo-Media mes conseils et astuces sur les côtés plus "techniques" de thématiques comme le développement web, Wordpress, l'optimisation ou encore le SEO. Je suis également le créateur du plugin wordpress de cartographie Novo-Map.

Newsletter: Nos derniers articles dans votre boîte mail

Rejoignez la communauté maintenant et recevez tous nos articles directement dans votre boîte mail! 0% Spam garanti !

Interactions du lecteur

Commentaires

  1. Sylvain dit

    Salut Benoit,

    je viens de finir de terminer ton article, très intéressant ! Il faut dire que j’étais particulièrement concerné vu que je suis passé sous Cloudfare aussi il y a quelques mois. Je vais essayer de tester le plugin dont tu parles pour purger en auto le cache de CF.

    J’aurai une question sur les pages rules. Pour la première règle et ses paramétrage, je n’avais pas placé autant de règle. Je pense notamment au Browser Cache TTL, always online ou Browser integrity check. Tu me conseillerais de paramétrer ces options aussi comme tu l’as fait ?

    Merci encore pour cet excellent article et je suis sûr qu’il risque d’aider pas mal de gens
    Sylvain

    • Benoit Luisier dit

      Salut Sylvain,

      Je serai intéressé par ton retour sur le plugin si tu l’installe… car finallement en ce qui me concerne ma setup avec W3TC fonctionne bien et vide automatiquement le cache après validation des commentaires ou MAJ des articles.

      Alors pour les règles de page:
      – Browser cache TTL: Si tu gères comme il faut le cache du navigateur avec ton plugin de cache (WP rocket pour toi) et que tu as l’option “respect existing headers” dans le menu caching, tu n’as pas forcément besoin de mettre cette règle
      – Always online: Il faut le mettre sur off car si tu as un problème sur ton serveur, tu ne veux pas avoir une version en cache de ton admin à la place
      – Browser integrity check: tu peux l’activer et Cloudflare s’occupera de réduire les bots/spammers sur tes pages d’admin

      Et avec plaisir pour l’article 😉

      • Sylvain dit

        Re,

        super, je vais corriger ça alors. Pour le plugin, je vais le tester et te dire si cela fonctionne comme tu penses. Pour l’instant, je vais purger en manuel quand je fais une mise à jour ou que je publie un article !

        Sylvain

  2. Alexis Fontana dit

    Bonjour,

    Merci pour cet article très complet.
    Est-ce pertinent d’installer CloudFlare sur un site WordPress hébergé en France, avec un public purement français ?

    Merci d’avance.

    • Benoit Luisier dit

      Hello Alexis,

      C’est moins pertinent que pour un site qui a un public international mais pertinent quand même. J’ai tout de même remarqué une amélioration importante de la vitesse de chargement de nos sites en France aussi. J’ai notamment noté une diminution du TTFB (Cloudflare a le DNS le plus rapide du monde actuellement) et une amélioration de la vitesse de chargement des fichiers (Cloudflare permet facilement d’utiliser des techniques de compressions avancées comme Brotli qui est plus efficace que Gzip)

      • Alexis Fontana dit

        Merci des précisions, je vais me pencher sur l’utilisation de Cloudflare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *